Le centenaire des chars Français

15 cm sIG-33(Sf) auf Panzerkampfwagen I Ausf B "Bison"


En matière d'artillerie autoportée, l'Allemagne durant la seconde guerre mondiale à été particulièrement inventive. Placer un lourd howitzer sur le frêle chassis du Panzer I désormais obslète en était une... risquée.

Le premier canon autopropulsé Allemand

En 1939, la série Panzer III était en production à grande échelle, de même que le panzer IV. Par conséquent, les modèles de transition plus anciens étaient moins bien adaptés aux opérations de première ligne, notamment le Panzer I. Le châssis Ausf B a été choisi pour tester des applications plus utiles. L'un d'eux était basé sur le 47 mm tchèque, largement disponible à l'époque, qui est devenu le premier chasseur de chars allemand, le Jägdpanzer. La seconde étudiée est née d'une demande particulière d'un chariot d'obusier à soutien rapproché pour l'infanterie. En fait, c’était une demande émanant de rapports de la campagne de Pologne, qui soulignait le manque de soutien de l’artillerie lourde, incapable de faire face au rythme rapide des panzers. Pour motoriser les compagnies d'artillerie, il fallait donc un chariot automoteur puissant et blindé. Beaucoup de Panzer I Ausf B inutilisés, les plus robustes de cette première série, étaient disponibles. Un prototype conçu par Alkett en peu de temps a prouvé que le concept était fondé.

Le premier canon autopropulsé Allemand

En gros, l’obusier de chantier sIG 33 de 150 mm standard était monté, par rampes, sur deux rails de réception avec fixations et sur deux "paniers" pour chaque roue, qui maintenait tout le canon, sur la partie supérieure du châssis, avec sa coque supérieure et tourelle enlevée. Cette configuration permettait la mise en place du canon et sa mise hors service rapide, mais elle constituait également une solution radicale: elle imposait une protection très haute très large composée de plaques blindées boulonnées de 13 mm, formant le compartiment de combat à ciel ouvert. Il était également ouvert à l'arrière pour permettre aux chargeuses de se déplacer, mais la protection était désormais limitée au fusil et à l'aiguille. Le pointage a été effectué au moyen d’un viseur Rblf36 et la visée était de 25 ° de traversée avec une élévation de -4 ° à + 75 °. Il n'y avait pas de place à bord pour les munitions qui doivent être remorquées séparément par un autre véhicule. Trente-huit en tout, ont été produites en février 1940 par Alkett, dénommée officiellement 15 cm sIG 33 (Sf) par Panzerkampfwagen I Ausf B. "Bison" était un surnom rapidement gagné en raison de son apparence tyrannique.

Le sIG 33 en action

Il a d'abord été déployé pour la campagne de France, servant dans deux schwere Infanteriegeschütz-Kompanies 701 et 706, affectés à diverses divisions Panzer. Ils ont tous survécu à cette campagne et voient une action ultérieure au cours de la campagne des balkans, en Yougoslavie, puis en Grèce. En juin, ils ont tous été redéployés en Roumanie pour être prêts à temps pour l'opération Barabrossa. Mais seuls deux groupes ont survécu, les 705ème et 706ème appartenant aux 7ème et 10ème Panzerdivisions. Peu de survivants ont survécu à l'opération barbarossa et l'unité restante, la 701e, a participé à l'opération Blue, au début de 1942. Ils se sont battus jusqu'en 1943, la dernière ayant été vue dans une seule unité épuisée 704, a été affectée à la cinquième division.

Au cours de ces années, leurs limites sont devenues évidentes: pannes dues à une surcharge importante du châssis, à une superstructure très haute, impossible à manquer et au manque de protection de l'équipage. De plus, ces machines dépendaient de leurs véhicules à munitions. Sur les mauvaises routes de la Russie et en particulier de l'Ukraine, cela s'est avéré fatal. Cependant, cette expérience n'a jamais empêché les Allemands d'utiliser avec succès d'autres plates-formes plus robustes pour porter leur obusier standard.

Schwere Infanteriegeschütz-Kompanie 701, France, mai 1940.
Unité 704, organique à la 5e Panzerdivision, Russie 1941.



Spécifications

  • Dimensions: 4,67 x 2,06 x 2,80 m
  • Poids en charge: 8,5 Tonnes max.
  • Equipage: 4
  • Motorisation: Maybach 6-cyl NR38 essence refroidi par eau 100 cv
  • Vitesse: 40/30 kph jorse route, 140 à 120 km hors route.
  • Production: 38
http://web.archive.org/web/20150217015631/http://www.tanks-encyclopedia.com:80/ww2/nazi_germany/SiG-33_Bison.php