Le centenaire des chars Français

Sturmpanzer VI Sturmtiger


seleulement 19 de ces monstrueux canons autopropulsés seront construits dirant la seconde guerre mondiale. Basés sur le char Tigre, lançant des projectiles d'un calibre de cuirassé, ils pouvaient détruire un quartier entier et furent employés sur le front de l'est.

Le niveleur de villes

Parmi les armes les plus extrêmes jamais conçues par le 3e Reich, figure certainement le Sturmmörserwagen 606/4 avec 38 cm RW 61, mieux connu sous le nom de Sturmtiger. Il a été conçu juste après Stalingrad, lorsque la nécessité de nettoyer des bâtiments fortifiés, casemates et blockhaus, ou obstacles lourdement fortifiés on été jugé utile. La puissance explosive nécessaire imposait des munitions spéciales, un canon spécial et, par conséquent, un véhicule porteur spécial, suffisamment blindé pour être utilisé en toute sécurité dans un environnement urbain très hostile et pouvoir s'approcher de la cible.

Développement

Le Sturmtiger (littéralement "Tigre d'assaut") n'est pas sorti de nulle part. Il était précédé du Sturm-Infanteriegeschütz 33B, basé sur le Panzer III, armé du sIG 33/1 de 15 cm (24 construits), et plus connu, du Sturmpanzer IV Brummbär , armé du StuH 43 L/12 de 15 cm (plus de 300 construits). Mais à un moment où les armes d'infanterie devenaient une menace plus grande, un véhicule plus fortement protégé était nécessaire. Dans le même temps, des ingénieurs d'Alkett (à qui cette tâche a naturellement été confiée) ont cherché un moyen d'obtenir plus de pouvoir explosif et ont commencé à travailler sur l'adaptation d'un obusier de 210 mm (8.27 in). Cependant, le processus prenait du temps et l’arme était à peine disponible.

Ils ont donc opté pour un expédient radical, le lanceur à charge profonde de la Kriegsmarine, capable de lancer (à une portée assez limitée) un canon de 380 mm (15 dans) coquille de calibre. Pour compenser, des munitions de type roquettes ont été conçues et le dispositif, initialement conçu pour chasser les sous-marins dans les profondeurs, est devenu un lance-roquettes conçu pour niveler des blocs de construction entiers. Schéma d'armure du Sturmtiger.

Design

Caisse

Pour supporter le niveau de protection requis et le poids du canon et des munitions, un châssis plus robuste que celui choisi a été choisi, encore plus robuste que le Panther, celui du Tigre. Les plans étaient prêts au milieu de 1943 du côté de Krupp (coque), passés à Henchel pour le montage du châssis, puis à Alkett pour l'installation de la casemate, du canon et de l'équipement associé. Le prototype fut présenté à Hitler en octobre 1943, approuvé et le premier exemplaire devait être livré en décembre, mais il arriva effectivement en février 1944. Cependant, Hitler retarda la production et, finalement, 12 chassis excédentaires furent choisis pour être convertis le 19 avril 1944. Alkett achèvera les trois premiers de ce nouveau lot en août 1944, et sept autres entre le 15 et le 21 septembre 1944, plus cinq autres en décembre.

Le châssis était pratiquement inchangé, avec une transmission robuste reposant sur des galets de roulement en métal, des barres de torsion et de grands liens de chenille en tôle imbriquée pour une meilleure adhérence. Le seul problème était que le Sturmtiger avec sa casemate renforcée, pesait 68 tonnes (75 tonnes courtes; 67 tonnes longues), contre 54 sur le Tiger original, réduisant le rapport poids/puissance à 10,77 cv/tonne. La vitesse maximale fur donc réduite à 40 km/h (25 mi/h) et l'autonomie à 120 km.

Blindage

Il s’agissait de loin de la partie la plus lourde du véhicule constitué de cinq plaques d'acier (en comptant le toit), dont les parois latérales avaient une épaisseur de 82 mm (3,23 in), se chevauchant légèrement. La plaque frontale avait une épaisseur de 150 mm (5,9 po), inclinée à 47°. Cela équivalait à 200 mm de RHA, non imbriqué et pouvait résister à des obus de 122 mm et de 152 mm. L'avant de la caisse d'origine avait une épaisseur de 150 mm (100 mm avec une plaque supplémentaire de 50 mm). La superstructure arrière mesurait 82 mm, le toit était protégé de 48 mm et le pont moteur de 28 mm, comme dessous de la caisse.

Armement

La caractéristique la plus convaincante du Sturmtiger était son lance-roquettes à chargement de culasse Raketen-Werfer 61 L/5.4 de 380 mm. Chacun des projectiles avait une longueur de 1,5 m et pesait 376 kgs, un calibre de cuirassé. Par conséquent, la manutention était impossible et il fallait créer un système de chargement spécial, qui à lui seul créait beaucoup de travail pour le tireur et le chargeur. Le processus de réapprovisionnement était un exercice encore plus difficile, facilité par une grue externe montée au-dessus de la trappe de toit de la casemate. Quatorze obus seulement pouvaient être transportés, y compris celui déjà chargé dans la chambre, prêt à tirer et un autre étendue sur le plateau de chargement. Ainsi, bien qu’apparemment spacieux, l’espace interne de la casemate était occupé par ces énormes projectiles, stockées dans leurs berceaux muraux. Chacune de ces munitions avait une tête hautement explosive ou une charge creuse de 125 kg (276 lb) conçue pour perforer jusqu'à 2,5 m de béton armé. La portée variait entre 5,650 m et 6,000 m. La vitesse lente initiale était donnée par le mortier, était de 45 m/s, accéléré à 250 m/s par la charge de la fusée. Néanmoins, le souffle était considérable et pour réduite le contrecoups, un anneau de ventilation était soudé autour du canon. La défense rapprochée ne fut pas été oubliée, avec un lance-mines de 100 mm (3,94 in) situé à l’arrière de la trappe du chargeur, ainsi qu’une mitrailleuse MG 34 de 7,92 mm (0,31 in) montée sur roulements à billes dans la plaque avant. Des armes légères pourraient être tirées à travers les ports latéraux de pistolets.

Le SturmTiger en action

Entre octobre 1943 et janvier 1945, 19 véhicules seulement ont été produits. Ce monstre fut déployé en petit nombre dans trois unités créées à cet effet, les Panzer Sturmmörser Kompanien (PzStuMrKp) 1000, 1001 et 1002 (14 véhicules total, réduit plus tard à 4 - deux pelotons). Le PzStuMrKp 1000 a été utilisé d'abord lors du soulèvement de Varsovie, avec deux véhicules et apparemment le prototype. C'était la première et la dernière fois qu'ils étaient employés pour le rôle qu'ils avaient l'intention de jouer.

Les PzStuMrKp 1001 et 1002 ont été déployés dans l'offensive des Ardennes. Après cela, l'Allemagne était sur la défensive, deux unités (7 véhicules au total) ont été déployées lors de la bataille pour le pont de Remagen, rattaché au 6e SS-Panzer Armee, où elles ont pilonné l'avance alliée sur le pont lui-même, avec des résultats médiocres. Ces deux unités ont ensuite été principalement utilisées pour les bombardements ponctuels des forces alliées, avant d'être capturées à leur tour. Ils ont joué un rôle crucial en ralentissant et en ralentissant l’avancée des Alliés, en aidant la retraite allemande, ce qui est remarquable lors de la bataille de Reichswald en février-mars 1945.

Spécifications SturmTiger:

  • Dimensions (L-W-H): 6.28 x 3.57 x 2.85 m
  • 27’8″ (23’10” caisse) x 9’8″ x 8’8″ ft.inch
  • Poids total, en ordre de marche: 69 tonnes
  • Armement: 380 mm (15 in) RW 61 rocket launcher L/5.4 (14 rounds), 100 mm (3.94 in) grenade launcher, 7.92 mm (0.31 in) MG 34
  • Blindage: De 28 à 150 mm
  • Equipage: 4 (conducteur, commandant, cannonier, chargeur)
  • Propulsion: Maybach HL230P45 V-12 essence ref. eau, 700 cv (515 kW)
  • Vitesse: 40 km/h
  • Suspensions: Barres de Torsion
  • Rayon d'action, consommation: 120 km
  • Production totale: 19
  • Illustrations

    Sturmtiger, Warsaw Uprising
    Varsovie Aout 1944.

    Sturmtiger, Reichswald
    Sturmtiger avec un camouflage d'embuscade, Reichswald, Allemagne, Fevrier-Mars 1945.

    Sturmtiger receiving ammo
    Sturmtiger rechargeant le canon. C'était un travail long et difficile durant lequel l'équipage se partageait les tâches, en partie exposés à l'extérieur du véhicule.


    English Version

    The city leveler

    Among the most extreme weapons ever devised by the 3rd Reich certainly lays the Sturmmörserwagen 606/4 mit 38 cm RW 61, better known as the Sturmtiger. It was conceived right after Stalingrad, when the need to clear off fortified buildings, pillboxes and blockhouses, sometimes all at once, was deemed useful. The sheer explosive power needed imposed special ammunition, a special gun and, therefore, a special carrier, which was itself armored enough to operate safely in an urban environment and be able to get close to the target.

    Development

    The Sturmtiger (literally "assault Tiger") did not come out of the blue. It was preceded by the Panzer III based Sturm-Infanteriegeschütz 33B, armed with the 15 cm sIG 33/1 (24 built), and the better known Sturmpanzer IV Brummbär, armed with the 15 cm StuH 43 L/12 (300+ built). But at a time when infantry weapons became a bigger threat, a more heavily protected vehicle was needed. At the same time, engineers from Alkett (whom naturally were given this task) sought for a way to procure a "bigger bang" and started working on an adaptation of a 210 mm (8.27 in) howitzer. However, the process took time and the weapon was barely available, so, in turn, they choose a radical expedient, the depth-charge thrower of the Kriegsmarine, capable of launching (at a quite limited range, though) a 380 mm (15 in) caliber shell. To compensate, rocket-type ammunition was designed, and the device, initially devised to hunt submarines in the deep, became a rocket launcher designed to level entire building blocks. Sturmtiger armor scheme Armor scheme of the Sturmtiger.

    Design

    Chassis

    To support the level of armor and weight of the gun and ammunition, a sturdier chassis than the Panzer IV was chosen, even sturdier than the Panther, that of the Tiger. Plans were ready in mid-1943 on Krupp's side (hull), passed to Henchel for the chassis assembly, and then Alkett for the fitting of the casemate, gun and equipment. The prototype was presented to Hitler in October 1943, approved, and the first was scheduled to be delivered in December, but actually arrived in February 1944. However, the production was delayed by Hitler and, eventually, 12 surplus hulls were chosen for conversion on 19 April 1944. The first three of this new batch were completed by Alkett in August 1944, and seven other between the 15 and 21 September 1944, plus five others in December.

    The chassis was mostly unchanged, with a sturdy drivetrain resting on interleaved metal roadwheels, torsion bars and large tracks for a better grip, plus the Maybach HL230P45 V-12 water-cooled engine, which developed 700 PS (690 hp, 515 kW). The only problem was that the Sturmtiger, complete with its reinforced casemate, weighed 68 tonnes (75 short tons; 67 long tons), versus 54 on the original Tiger, reducing the power-to-weight ratio to 10.77 hp/tonne. Top speed was reduced to 40 km/h (25 mph) and the range to 120 km (75 mi).

    Casemate

    This was by far the heaviest part of the tank, made of five plates (counting the roof), with the side ones being 82 mm (3.23 in) walls, slightly overlapping. The front plate was 150 mm (5.9 in) thick, inclined to 47°. This was equivalent to 200 mm (7.87 in) of unangled RHA, and could withstand 122 mm (4.8 in) and 152 mm (6 in) shells. The original hull front was 150 mm thick (100 mm/3.94 in plus a 50 mm/1.97 in additional plate). The superstructure rear was 82 mm (3.23 in), the roof was 48 mm (1.9 in) and the engine deck 28 mm (1.1 in), like the bottom.

    Armament

    The most compelling feature of the Sturmtiger was its 380 mm Raketen-Werfer 61 L/5.4 breech-loading rocket launcher. Each of the projectiles were 1.5 m (4 ft 11 in) long and weighed 376 kg (829 lb) - battleship size. Therefore, manual handling was impossible and a special loading apparatus had to be created, which alone created a lot of work for the gunner and loader. The resupply process was an even more difficult exercise, which was helped by an external crane mounted over the casemate roof hatch. Only 14 rounds could be carried, including the one already loaded in the chamber, ready to fire, and another laying on the loading tray. So, although roomy in appearance, the casemate internal space was taken by these massive rounds, stored in their wall cradles.

    Each of these rounds had a 125 kg (276 lb) HE or a shaped charge, designed to puncture up to 2.5 m (8 ft 2 in) of reinforced concrete. Range varied between 5,650 m (6,180 yd) and 6,000 m. The initial slow speed was given by the mortar, at 45 m/s (150 ft/s), accelerated to 250 m/s (820 ft/s) by the rocket charge. Nevertheless, the blast needed to be cleared and a ring of ventilation shafts was welded around the barrel. Close defence was not forgotten, and a 100 mm (3.94 in) mine launcher was located at the rear of the loader's hatch, plus a ball-mounted 7.92 mm (0.31 in) MG 34 machine gun in the front plate. Small arms could be fired through the side walls pistol ports. Sturmtiger gun barrel Barrel of the 38cm launcher - Credits: Dave Highbury.

    The Sturmtiger in action

    Only 19 vehicles were produced between October 1943 – January 1945. This behemoth was deployed in small numbers in three units created for it, the Panzer Sturmmörser Kompanien (PzStuMrKp) ("Armored Assault Mortar Company") 1000, 1001 and 1002 (14 vehicles in total, later reduced to 4 - two platoons). The PzStuMrKp 1000 was baptized in the Warsaw Uprising, with two vehicles and apparently the prototype. This was the first and last time they were employed for their intended role. The PzStuMrKp 1001 and 1002 served in the Ardennes Offensive. After that, Germany was on the defensive, two units (7 vehicles total) were deployed at the battle for the bridge at Remagen, attached to the 6th SS-Panzer Armee, where they pounded the Allied advance on the bridge itself, with poor results. These two units were later mostly used for punctual bombardments of Allied forces, before being captured in turn. They played a crucial role, slowing and pinning down the Allied advance, helping the German retreat, noteworthy at the Battle of the Reichswald in February-March 1945.

    Links and resources about the Sturmtiger

    The Sturmtiger on Wikipedia The Sturmtiger on Achtung Panzer Declassified US Ordnance report

    Sturmtiger specifications

    Dimensions (L-W-H) 6.28 x 3.57 x 2.85 m (20.7 x 11.9 x 9.4 ft.in)
    Total weight, battle ready 69 tonnes (13,800 lbs)
    Armament 380 mm (15 in) RW 61 rocket launcher L/5.4 (14 rounds) 100 mm (3.94 in) grenade launcher 7.92 mm (0.31 in) MG 34
    Armor 28 to 150 mm (1.1-5.9 in)
    Crew 4 (driver, commander, gunner, loader)
    Propulsion Maybach HL230P45 V-12 watercooled gasoline, 700 bhp (515 kW)
    Speed 40 km/h (25 mph)
    Suspension Torsion bar
    Range 120 km (75 mi)
    Total production 19 (including the prototype)
Sturmtiger, Warsaw Uprising Outskirts of Warsaw (Warsaw uprising), August 1944. Sturmtiger, Reichswald Typical "ambush" camouflage, Reichswald, Germany, February-March 1945. Sturmtiger receiving ammo Sturmtiger receiving ammo. This was a tough job, in which the whole crew was fully involved, due to sheer weight of the ammo.

Video

Gallery

Captured Sturmtiger, February 1945 Captured Sturmtiger, February 1945. Sturmtiger front, Deutsches Panzermuseum
Sturmtiger front, Deutsches Panzermuseum.
Rear of the Sturmtiger
Rear of the Sturmtiger.
Sturmtiger at the Sinsheim Museum
Sturmtiger at the Sinsheim Museum.
Sturmtiger 38 cm rifled barrel
Sturmtiger barrel examined by a GI
Sturmtiger loading tray
Sturmtiger 38 cm rocket
Abandoned Sturmtiger and Sherman ARV
Sturmtiger 38 cm rocket, Munster
Abandoned Sturmtiger with American GIs
Sturmtiger, Kubinka

Germans Tanks of ww2
Germans Tanks of ww2