Le centenaire des chars Français

Vickers Medium (1924)


Un char à tourelle révolutionnaire des années vingt

Situation durant l'après-guerre

Après la guerre, la Royal Armored Corp se limita à cinq bataillons de chars équipés des lourds Mark V et Medium Mark C. Le gouvernement alloua un budget substantiel à la nouvelle conception prometteuse d’un char lourd amphibie, conçu par le colonel Johnson de le département de conception des chars, le Medium Mark D. Cependant, ces derniers se sont rapidement révélés beaucoup trop ambitieux et le projet dans son ensemble a échoué. Aucune dépense publique n’a donc été allouée après cette expérience, mais Vickers-Armstrong, ayant déjà choisi de s’inspirer de sa propre inspiration, a conçu un nouveau réservoir, à la fois pour la demande intérieure et pour le marché de l’exportation. Deux prototypes avaient déjà été construits en 1921. Le premier représentait un bond en avant par rapport aux modèles de guerre.

Medium Mark II tropicalisé
Medium Mark II tropicalisé en Egypte, 1938.

Prototypes Vickers-Armstrong 1921-22

Bien que la caisse soit encore en forme de losange, avec de nombreux montages de balles de mitrailleuses et trappes latérales, une tourelle entièrement pivotante a été installée. Cette conception était également conçue pour trois personnes, une autre innovation dictée par la nécessité de disposer de plusieurs ports de feu. Il possédait également des ressorts hélicoïdaux verticaux, un moteur de 86 ch entièrement compartimenté et une transmission hydraulique révolutionnaire Williams-Jenney. Ce modèle s'appelait le Vickers Light Tank, avec seulement 8,5 tonnes. Un autre prototype de l’époque, le Medium Mark C, était sans tourelle, non suspendu, mais équipé d’un canon de 3 livres (47 mm) et de quatre mitrailleuses, tous situés dans la casemate, avec pour la première fois un Monture AA. La transmission de la première a été abandonnée en 1922 et remplacée par une transmission plus conventionnelle. En 1923, les deux prototypes avaient effectué de nombreux essais à Bovington. Ces projets ont été fusionnés en un projet final en 1924, le Medium Mark I.

Design final du Mark I




Mark II préservé à Aberdeen aux USA.

Le A2E1 Vickers Light Tank Mk.I, renommé Medium Mk.I, était un modèle plus conventionnel, avec une suspension basse et plate avec cinq bogies, chacun avec une paire de petites roues, et chacun étant suspendu par deux ressorts hélicoïdaux verticaux de longueur inégale. Il y avait aussi deux roues de tension supplémentaires, au début et à la fin du train à bogies. Au début, les essieux des roues étaient beaucoup trop fragiles et se brisaient constamment.

En raison de réparations fréquentes, les bogies ont été laissés à découvert. Ce problème a été résolu plus tard sur le Mark II. Le moteur était un Armstrong Siddeley de 90 cv refroidi par air et dérivé de l’aviation, placé à gauche du conducteur, tandis que la boîte de vitesses à synchrone à multiples rapports, avec boîte de vitesses non synchronisée, était située sous le commandant, à l’arrière. En fait, la compartimentation des moteurs, précédemment adoptée dans d’autres modèles, n’a pas été appliquée afin de faciliter la maintenance, décision assez rétrograde.

Cependant, la boîte de vitesses permettait un engrenage épicycloïdal distinct pour chaque piste, offrant ainsi une torsion supplémentaire en cas d'urgence. Les réservoirs de carburant et les réservoirs d'huile étaient situés à l'arrière, alimentant le moteur par gravité. La vitesse était limitée à 24 km / h (15 mi / h), avec une autonomie de 193 km (120 km). La tourelle était peut-être la plus grande innovation dans cette conception, bien que celle-ci ait été abandonnée, avant de regagner la faveur de la conception des chars à la fin des années trente et au début de la quarantaine. Elle était grande, ronde, avec un sommet en pente, une tourelle à trois hommes hérissée d’un QF 3-pdr et de deux fixations pour balles abritant des mitrailleuses Hotchkiss. Pour la première fois, le commandant n'a pas été impliqué dans la visée ou l'alimentation du pistolet et a été laissé au commandement seul.

Cela a donné un avantage tactique considérable au début des années vingt et a fait de ce modèle un nouveau jalon dans l'histoire des chars. Les deux ports pour mitrailleuses étaient utilisés par une seule mitrailleuse (faute de place), desservie par le chargeur d'armes à feu. Il a dû changer les supports en fonction de la menace. Les deux autres montages de billes latéraux se trouvaient à l'arrière de la coque, également actionnés en alternance par le mécanicien. Le blindage était minime, car le blindage de 6,25 mm (0,25 in) était vissé sur le châssis, protégeant à peine l'équipage ou les réservoirs de carburant mal placés. De plus, la silhouette du tank était grande.

Mark II à Bovington
Mark II à Bovington

Production & Evolution du Mark I

Le Mark I a été produit pour la première fois de 1924 à 1926 (30 machines). Il a été suivi de cinquante Mark IA, avec des plaques de blindage latérales épaissies, pour un total de 8 mm (0.31 in). Le capot du pilote était fendu et la plaque arrière de la tourelle était biseautée pour atténuer les tirs anti-aériens. Une autre amélioration concerne le moteur, qui pourrait maintenant être démarré de l'extérieur. Les huit bogies renforcés concernaient également les groupes Mk.IA et Mark I. En 1926, soixante autres Mk.IA * (étoile) furent livrés.

Toutes les tourelles ont été modifiées. Les fixations à billes ont été retirées et un contrepoids a été ajouté à l'arrière pour compenser le fait que la mitrailleuse fixe Vickers était actuellement montée de manière coaxiale. Une coupole traversable a également été ajoutée. Enfin, une douzaine de Mark IA * ont été rééquipés en véhicules de soutien rapproché (CS), équipés d'un mortier de 15 livres, utilisés pour tirer des obus de fumée. Deux prototypes ont également été essayés. Une ré-motorisée avec un Ricardo 90 ch et une autre avec une chenille pour augmenter la mobilité. Le concept n'a jamais été retenu.

À la livraison, les 140 machines remplaçaient les Mk.V encore en service et servaient dans divers régiments de chars royaux jusqu'en 1938, en vue de leur élimination progressive pour du matériel plus moderne. Tous, sauf quelques-uns, ont été mis au rebut, après plus de dix années de service, pour ne jamais tirer un coup de colère. Ce n'était pas le cas pour le prochain modèle dérivé, le Mk.II.

Mark 2 à Puckapunyal
Mark 2 à Puckapunyal, Australie.

Design du Mark II

Largely based on the previous Mark.I, the second model was nevertheless thoroughly modified. The Mark II Medium was intended to replace the ageing Medium Mark Cs. The chassis, transmission, suspension and even engine, at first, were all kept unchanged. Early experience dictated a complete rebuild of the upper hull. At first, the Mk.IA* back-sloped turret was kept with four ballmounts, all served by a single Hotchkiss (and later Vickers) machine-gun. The slope was intended for anti-aircraft use. A commander cupola was also installed on the turret. The two rear hull side mountings were also kept unchanged, as well as the main QF 3 pdr (47 mm/1.85 in) gun. However, the front glacis was completely rebuilt. The engine was displaced, received a new ventilation grid, while the driver and co-driver compartment was raised. The driver visor was higher, providing better peripheral vision. The reinforced bogies were now completely protected by armored side skirts, which are the most distinctive part of the type. At last, the transmission gear was somewhat improved by a set of Rackham clutches. The armor was also upgraded to 8 mm (0.31 in). All these improvements came at a price. With added weight and the same engine, speed fell to an average 13 to 15 mph (21-24 km/h) at best.

Variantes principales

Mark II* (star)

Un total de 167 Mark II ont été livrés de 1926 à 1929, mais beaucoup ont été reconstruits et améliorés à plusieurs reprises au cours d'un processus de modernisation qui a duré jusqu'en 1939. Environ 100 Mk.II ont été construits, dont plus de cinquante-six ont été modifiés en tant que MkII* (étoile). Dans cette version, une seule mitrailleuse Vickers coaxiale remplaçait les anciens modèles Hotchkiss, les supports de bille étaient retirés et la coupole du commandant était décalée sur le côté pour éviter les dommages dus à l'éjection des cartouches.

Mark IIA

C'étaient de nouveaux modèles (vingt construits), avec une tourelle non biseautée et un ventilateur électrique blindé ajouté sur le côté gauche. Plus tard, en 1933, ils ont été mis à niveau au standard **. Un Mk.II** (1932) constituait une mise à niveau massive de la première génération restante de Mk.II au standard II *, mais avec une radio sans fil et un panier blindé à tourelle. En 1928, cinq Mk.II ont été modifiés et envoyés en Égypte, «topicalisés» avec une meilleure ventilation, des isolants thermiques et des plaques d’amiante. Comme la série précédente, une douzaine de Mk.IIA ont été modifiées en versions à appui rapproché, équipées d'un obusier de 15 pdr (3,7 pouces), munies d'obus de fumée et de quelques obus HE. Deux ont été fournis à chaque entreprise pour leur fournir une couverture de fumée.

«Birch Gun» 18 Pdr canon autoporté

C’était une variante plus rare du Medium Mk. II conçu en 1924 et construit avant le char moyen de base. En tant que canon propulsé, le véhicule transportait un canon de 18 livres (83,8 mm) pouvant remplir à la fois un rôle d'artillerie et un rôle anti-aérien en raison de l'angle d'élévation élevé du canon. Trois véhicules ont été testés avec la 28e batterie de campagne de la IXe brigade d'artillerie royale en 1926. La variante n'a pas reçu de retour positif et le projet a donc été annulé.

Variantes secondaires

- L'armée irlandaise a reçu, en 1929, un Mark D modifié, muni d'un canon de 6 pdr (57 mm), de quatre mitrailleuses Vickers et d'un moteur Sunbeam Amazon plus puissant de 170 ch et de 6 cylindres.
- Deux Light Mark IA Special (L) India, étaient en fait des «femmes» uniquement munies de mitraillettes et remises au gouvernement indien.
- Quatre médiums Mark II * spéciaux pour l’Australie en 1929, équipés d’une mitrailleuse coaxiale et d’un montage sur boule côté tourelle.
- L'URSS a acheté quinze "Medium Mark II" en 1931. En fait, on ignore s'ils sont devenus opérationnels. Ils ont été retrouvés en Finlande en 1941 sans armes ni matériel.
- Deux chars de commandement ont été construits, un «Mark II Box» reconverti en 1928 pour un commandant de brigade et un seul Mk.II * équipé d'un fusil factice et d'un puissant poste de radio.

Spécifications (Mark II)

  • Dimensions: 5.33m × 2.78m × 2.82m
  • poids en charge: 11.7 long tons
  • Equipage: 5
  • Propulsion: Armstrong Siddeley V-8, 90 cv @3500 rpm
  • Vitese: 24 km/h
  • Autonomie: 120 mi (190 km)
  • Armement: 1 x QF 3 pdr (47 mm/1.85 in)
  • 2 x 0.303 Vickers machine guns (7.7 mm)
  • 4 x 0.303 Hotchkiss model 1914 machine guns (7.7 mm)
  • Blindage: 4 - 6.25 mm
  • Production: 140 Mk.I & 167 Mk.II 1924-1933

Liens & ressources

Le Vickers Medium Mark I sur Wikipedia: https://en.wikipedia.org/wiki/Vickers_Medium_Mark_I
Sur Tank-Hunter.com: http://tank-photographs.s3-website-eu-west-1.amazonaws.com/vickers-medium-mkI-tank-bovington.html
Sur tanks encyclopedia: http://www.tanks-encyclopedia.com/ww2/gb/Vickers_Medium_MkI-MkII.php Archive

Illustrations.

Vickers Medium Mark I
Medium Mk.IA de 1924, equipé d'une radio et servant de char de commandement durant les manoeuvres de 1927 à Salisbury plain.

Mark ICS
Vickers Medium mark ICS (Version de support rapproché), généralement chargé de créer des nuages ​​de fumée pour masquer la progression des tanks et de l'infanterie. Ce concept était encore utilisé lors de la campagne nord-africaine, près de vingt ans après.

Mark II star
Mk.II* (étoile). Unité inconnue, 1936. En raison de leur âge, les Medium Mk.II ont été déclarés obsolètes et déclassés en 1938, mais il y en avait déjà cinq en Égypte depuis 1930 et quelques autres ont été envoyés en novembre 1939 pour des tests supplémentaires. En juin 1940, seule une poignée était réservée à la formation des conducteurs. Lorsque la situation a dégénéré avec l'invasion italienne, toutes les machines existantes et utilisables ont été réactivées et réarmées. Mais il semble que seul un seul a combattu les Italiens, défendant une route à Mersa Matruh en position statique.

Mark II CS
Une Mark II CS de support rapproché