Le centenaire des chars Français

FIAT Autoprotetto S.37


Ce véhicule était le transport de troupes blindé standard de l'armée Italienne prenant la guerre, utilisé en Afrique du Nord, en Italie, en Sicile et dans les Balkans.

Développement

Le véhicule blindé Italien FIAT SPA S37 Auroprotetto («auto-protégé») a été mis au point en 1941 sur le châssis du tracteur d’artillerie légère FIAT SPA TL37 déployé en Libye et réputé pour ses excellentes capacités tout-terrain. Après des essais par FIAT, Regio Esercito (Armée royale Italienne) commanda 150 véhicules en 1942. Le résultat final était légèrement blindé et était utilisé principalement pour des missions de police et de maintien de l'ordre, en particulier contre des partisans des Balkans que l'Italie occupait avec les Allemands. Conception

La compartimentation était simple, avec le moteur FIAT à l'avant, suivi du compartiment conducteur (avec le commandant assis à côté) et derrière, non séparé, du petit compartiment pour les troupes ouvert. La construction nécessitait des plaques inclinées boulonnées à un cadre fixé sur le châssis 4 × 4 à traction et direction d'origine. Cette armure n'est protégée que des éclats d'obus et des tirs d'armes légères. Le compartiment des troupes était assez grand pour huit hommes assis sur des banquettes latérales et l'accès se faisait par une porte arrière à deux portes.

L'armement consistait en une mitrailleuse légère Breda Mod.38 8 mm (0.31 in) à l'avant. De plus, des boucliers repliables avec des fentes de vision pouvaient être déployés sur les parois latérales du compartiment des troupes, offrant une certaine protection au combat. Les très grandes roues et l'empattement étroit assuraient une faible pression au sol et une excellente mobilité, en plus des quatre roues motrices et de la direction intégrale. Le S.37 avait également une autonomie constante et certains étaient équipés de radios Magneti-Marelli RF3 M pour les missions de reconnaissance ou de commandement.

Variantes
Les seules versions connues étaient le lance-flammes (S37 Lanciafiamme) et la version antichar, armée d'un canon de 47mm 47/32 Modello 1935.

Le S37 en action

Le S37 a été déployé dans les Balkans, équipant le 31ème Régiment, les sections 955ª, 1034ª et 1118ª, la Division Mixte "Macerata", le 259º Autoreparto Autoprotetto et les motocyclistes du Bataillon LXXI (composé de ce qui restait du 6ème Régiment Rde fusiliers). Après la reddition du 8 septembre, certains de ces véhicules ont été capturés par les Allemands et sont passés à la 7e division SS-Freiwilligen-Gebirgs «Prinz Eugen» opérant dans les Balkans. Les véhicules ont été renommés Gepanzerte Manntransportwagen S.37 (i) ou gep.M.Trsp.Wg. S37 250 (i), et certains sont tombés entre les mains de partisans yougoslaves.


S.37 montrant les boucliers déployés.


S.37 standard en livrée usine beige et mitrailleuse Breda à l'arrière.

Specifications

Dimensions 4.95 x 1.92 x 1.8 m
Poids 4.78 tonnes, 5.3 tonnes chargé, charge utile 770 kg
Crew 1+8
Propulsion Fiat 4.053 litres 18VT version III 4 cyl. essence, 67 cv à 2500 tm
Vitesse 52 km/h
Operational range 725 km
Armement Mitt. Breda 38 8 mm, voir notes
Blindage 6-8.5 mm acier trempé
Total production Environ 200

EN Translation (retreived march 2019)

Development

The FIAT SPA S37 Auroprotetto (“self-protected”) was developed in 1941 on the chassis of the FIAT SPA TL37 light artillery tractor deployed in Libya and renowned for its excellent cross-country capabilities. After some trials by FIAT, the Regio Esercito (Italian Royal Army) ordered 150 vehicles in 1942. This lightly armored vehicle was used primarily for police and law enforcement missions, especially against partisans in the occupied Balkans. Design

Compartmentalization was straightforward, with the front FIAT engine, followed by the driver compartment (with the commander seated alongside), and behind, not separated, the small open top troop compartment. The construction called for sloped plates bolted to a frame fixed over the original 4×4 wheel drive and steering chassis. This armor only protected from shrapnel and small arms fire. The troop compartment was large enough for eight men seated on side benches, and access was performed through a rear two-piece door. The armament consisted of a Breda light machine gun Mod.38 8 mm (0.31 in) at the front.

In addition, folding shields with vision slits could be deployed on the side walls of the troop compartment, providing some protection when firing. The very large roadwheels and narrow wheelbase provided a low ground pressure and excellent mobility, in addition to the four-wheel drive and all-wheel steering. The S37 also had a consistent autonomy and some were equipped with Magneti-Marelli RF3 M radios for scout or command duties. Variants

The only known versions were the flamethrower (S37 Lanciafiamme) and the antitank version, armed with a 47/32 Mod. 1935 gun. The S37 in action. The S37 was deployed in the Balkans, equipping the 31st Regiment, the 955ª, 1034ª and 1118ª sections, the Mixed Division “Macerata”, the 259º Autoreparto Autoprotetto and the motorcyclists of the LXXI Battalion (consisting of what was left of the 6th Regiment riflemen). After the surrender of September 8, some of these vehicles were captured by the Germans, passing to the 7. SS-Freiwilligen-Gebirgs-Division “Prinz Eugen” operating in the Balkans. The vehicles were renamed Gepanzerte Manntransportwagen S.37(i) or gep.M.Trsp.Wg. S37 250(i), and some fell into the hands of Yugoslav partisans.