Le centenaire des chars Français

Carro Armato M11/39


Premier char moyen Italien, the M11/39 suivait le développement des prototypes de tankettes L3 et surtout de l'étude du char anglais Vickers 6 tonnes ou type E, dont les bogies sont devenus standards sur tous les chars Italiens. Ce char de compromis possédait un canon en caisse et ses mitrailleuses en tourelle.

Le premier char moyen Italien

Le M11/39 provient d'une spécification Regio Esercito 1931 demandant un "Carro di Rotura" (char de rupture). Ansaldo-Fossati répondit avec un prototype en 1932, fortement influencé par le char Britannique Vickers 6 ton. Ces racines étaient évidentes, étant donné la suspension particulière et le système de bogie, mais présentaient également quelques innovations, comme des réducteurs finaux à l'intérieur des pignons d'entraînement montés à l'avant. Le deuxième prototype essaya un arrangement avec 3 bogies ayant 2 roues de chaque côté. Plus tard, avec le prototype final de 1937, la conception du train est revenue aux huit roues de route originales sur deux bogies jumelés. Ce char était également équipé d'une radio RF 1 CA, non conservée pour la production. Les prototypes de 1937-38 furent essayés avec succès et l'armée passa commande de 96 unités, à livrer jusqu'à la fin de 1939. FIAT livra le moteur et la transmission, mais Ansaldo devint responsable de l'assemblage final.

Design du M11/39

Malgré quelques similitudes avec le Vickers 6 tonnes, le M11/39 n'était pas encore prêt à recevoir son canon principal en tourelle, malgré quelques tentatives faites dans ce sens. Le nom peut être lu comme suit: M pour "medio" (moyen), 11 pour le poids (en tonnes) et 39 pour l'année d'entrée en service (1939).

Armement

Le canon principal Vickers-Termi de 37 mm (1.46 in) L/40 (40 calibres) était situé dans la coque principale, sur le côté droit, tandis que le conducteur était assis sur la gauche. Il avait un angle de tir limité (15° de chaque côté). La petite tourelle était équipée de deux traditionnelles mitrailleuses Breda modello 38 de calibre 8 mm (0.31 in) jumelées. Ce système était couplé avec un support de cardan solidaire avec un périscope panoramique. L'armement de la tourelle était destiné à contrer l'infanterie et d'autres menaces non blindées, tandis que la pièce en caisse devait faire face à des cibles plus importantes. Comme le M3 Lee, cette solution transitoire était un inconvénient majeur en action. La tourelle finale, capable d'accueillir le canon principal, fut prête pour la prochaine génération, le M13/40.

Blindage

La protection était supérieure au char Vickers, mais encore insuffisante pour un char moyen en 1939. Seulement 30 mm sur le glacis frontal et la tourelle, 14,5 mm pour les côtés, 8 mm à l'arrière et seulement 6 mm pour le plan horizontal, le toit de la tourelle et le fond du chassis. Les plaques étaient boulonnées, sur une construction rivetée. Les trappes d'accés de l'équipage étaient situées sur le toit de la tourelle, du canon principal en caisse et sur le côté gauche de la caisse. Il y avait aussi des prises d'air sur la superstructure arrière et la tourelle, ainsi que des orifices pour pistolets en tourelle, sur les côtés et à l'arrière.

Propulsion

Le conducteur et le canonnier principal étaient tous deux situés dans le compartiment de la coque avant, tandis que le commandant/mitrailleur était seul dans sa tourelle. Il n'y avait pas d'interphone. Le moteur diesel refroidi par eau FIAT SPA 8T donnait une puissance nette de 105 ch (125 ch max). Il était alimenté par un réservoir principal de 145 litres et un réservoir annexe de 45 litres. Situé à l'arrière, il conduisait le pignon d'entraînement avant à travers un long bras de transmission. Les roues tendeuses étaient réglables. Les bogies comprenaient quatre ensembles de roues jumelées, suspendues avec un ressort à lame semi-elliptique classique.

Production

La production débuta en avril 1939 et le premier lot fut livré à la division Ariete du 32e régiment de chars en août 1939, tandis que le 4e régiment de chars les reçus plus tard. Les premières perspectives étaient d'équiper chaque bataillon blindé de 31 chars moyens. L'armée affecta la majeure partie d'entre eux (72 unités) à la Libye, tandis que le lot suivant (24) fut expédié en Somalie italienne. La production dura jusqu'à la mi-1940 avant remplacement par le char moyen Italien M13/40. Aucune modification ou sous-série connue n'a été produite. Les quatre prototypes originaux furent conservés en Italie. Leur destin opérationnel est inconnu.

Le M11/39 en action

Étant le premier char moyen italien en service, ce modèle représentait une nette amélioration des capacités de la Regia Esercito. Cependant, les opérations au cours de la campagne nord-africaine ont rapidement montré de graves défauts de conception. Le mauvais positionnement du canon principal et le manque de blindage furent les problèmes les plus marquants. Non seulement ce blindage était mince, mais sa construction en appliqué ajoutait une autre faiblesse à sa résistance globale. Il fut été initialement conçu pour résister à des obus de 20mm. Le M11/39 pouvait être facilement pénétré par le 2 livres(40 mm) standard, porté par la plupart des chars Anglais et opéré par l'infanterie. La vitesse était bonne sur un terrain plat, mais tomba rapidement en raison de la limitation de couple du diesel. De plus, ce moteur était mal ventilé et s'est souvent avéré peu fiable en Afrique. Cependant, il s'est avéré supérieur au British Light Mk.VI et aux modèles de char léger produits plus tôt, ainsi que les voitures blindées moyennes rencontrées en Afrique de l'Est. Le M11/39 envoyé là-bas était une réelle amélioration par rapport à la tankette CV-33.

En septembre 1940, tous les M11/39 disponibles en Afrique du Nord participèrent à l'invasion de l'Egypte. Ils ont eu des pertes lourdes, et étaient sur la défensive lors de la contre-attaque britannique suivante, Opération Compass. Tirant à partir de positions fixes, ils furent détruits encore plus facilement. Au début du siège de Tobrouk, en avril 1941, le 6e régiment de cavalerie de la division australienne réussit à capturer une douzaine de ces chars, qui reçurent de grands symboles peints, des kangourous pour les identifier. Ils ont servi jusqu'à ce qu'ils aient manqué de diesel, furent placés dans des positions fixes ou abandonnés sur place, puis sabotés pour empêcher leur récupération par les forces de l'Axe. En Afrique de l'Est, le M11/39 participa à l'invasion italienne du Somaliland britannique en août 1940, puis à la défense de l'Erythrée. Les unités survivantes furent éliminées par les quelques Matildas britanniques déployés lors de la bataille de Keren en janvier 1941.


M11/39 en Afrique de l'Est, invasion de la Somalie, September 1940. Le prototypes avait un camouflage de vermicelles.


Ariete division, 4e Regiment de chars, 3e char du 2 peloton, 1ere companie, Egypt, Septembre 1940.


M11/39, division Ariete, Egypte, August 1940.


M11/39, Division Ariete, 32e Regiment de chars, 4e char de la 2e compagnie, Libye, 1940.


A M11/39 de la 2e Compagnie du 32e Regiment de chars, Division Ariete, Libye, 1941, Operation Compass.


M11/39 Australien, capturé durant la prise de Tobrouk et placés en suite en défense lors du siège.


ENGLISH VERSION

The first Italian medium tank

The M11/39 originates from a Regio Esercito 1931 specification asking for a "Carro di Rotura" (breakthrough tank). Ansaldo-Fossati responded with a prototype in 1932, heavily influenced by the British Vickers 6-ton design, the Carro di Rottura. These roots were obvious, given the particular suspension and bogie system, but also presented some innovations, like the final reduction gears inside the front-mounted drive sprockets. The second prototype tried an arrangement with 3 boogies having 2 wheels each per side. Later, in the final 1937 prototype, the design reverted back to the original eight road wheels on two paired bogies suspension. It was also fitted with a RF 1 CA radio, not retained for the production run. The 1937-38 prototypes were successfully tried and the army passed an order for 96 units, to be delivered until the end of 1939. FIAT delivered the engine and transmission, but Ansaldo was responsible for the final assembly.

Design of the M11/39

Despite some similarities with the Vickers 6-ton design, the M11/39, this model was not ready yet to receive its main gun in a full traversing turret, despite some attempts made in this direction. The name can be read as thus: M for "medio" (medium), 11 for the weight (in tons) and 39 for the year of entry into service (1939). The main Vickers-Termi 37 mm (1.46 in) L/40 (40 calibers) gun was situated in the main hull, on the right side, while the driver was on the left. It had a limited traverse (15° on each side). The small, fully-traversing turret, was equipped with the usual Breda modello 38 twin 8 mm (0.31 in) machine-gun mount. It was provided a cast gimbal mount coupled with a telescopic sight periscope. The turret armament was intended to counter infantry and other unarmored threats, while the hull-gun had to deal with more important targets. Like the M3 Lee, this transitional solution was a major drawback. The final turret, capable to house the main gun, was ready for the next generation, the M13/40. The armor was superior to the Vickers design, but still insufficient for a medium tank in 1939. Only 30 mm (1.18 in) on the frontal glacis and turret, 14.5 mm (0.57 in) for the sides, 8 mm (0.31 in) on the rear, and only 6 mm (0.24 in) for the top, turret roof and bottom. The armor was bolted-on, on a riveted construction. Entrances for the crew were situated on the turret, on the main gun roof top, and a large hatch on the left side. There were also air intakes on the rear superstructure and turret, as well as pistol ports on the hull, sides and rear. The driver and main gunner were both located in the forward hull compartment, while the commander was alone in his turret. There was no intercom. The FIAT SPA 8T watercooled diesel engine gave a net power of 105 bhp (125 hp max). It was fed by a main fuel tank (145 liters), and a reserve tank (45 liters). Located at the rear, it drove the front drive sprocket through a long transmission arm. The idler wheels were adjustable. The bogies comprised four sets of paired roadwheels, sprung with a classic semi-elliptic leaf spring.

Production and deliveries

Production started in April 1939, and the first batch was delivered to the Ariete Division, 32nd Tank Regiment, in August, while the 4th Tank Regiment received them later. Initial prospects were to equip each armored battalion with 31 medium tanks. The army affected the bulk of them (72 units) to Libya, while the next batch (24) were shipped to Italian Somaliland. The production ran until mid-1940, and was replaced by the well-improved M13/40. No modification or sub-series is known during this run. The original four prototypes were kept in Italy. Their operational fate is unknown.

The M11/39 in action

Being the first Italian medium tank in service, this model was a clear improvement in the Regia Esercito's capacities. However, operations during the North African campaign quickly showed some severe deficiencies in the design. The poor positioning of the main gun and the lack of armor were the most vivid issues. Not only was the armor thin, but its appliqué construction added another weakness into its global resistance. It was initially designed to withstand 20 mm (0.79 in) shells. The M11/39 could be easily penetrated by the average British 2-pounder guns (40 mm/1.57 in) carried by most tanks and the infantry. The speed was good on flat terrain, but fell quickly due to the torque limitation of the diesel. Plus, this engine was poorly ventilated and often proved unreliable in Africa. However, it proved superior to the British Light Mk.VI and earlier light tank models, as well as the average armored-cars encountered in Eastern Africa. The M11/39s sent there were a real improvement over the CV-33/35 tankettes.

In September 1940, all available M11s in Northern Africa took part in the invasion of Egypt. They took many losses in the process, and were on the defense during the following British counterattack, Operation Compass. Firing from fixed positions, they were destroyed even faster. At the beginning of the siege of Tobruk, in April 1941, the 6th Australian Division Cavalry Regiment managed to recover or capture a dozen of these tanks, which received large Kangaroo symbols to identify them. They served until they ran out of diesel and then placed into fixed positions or abandoned on situ, and blown-off to prevent their recapture by Axis forces. In Eastern Africa, the M11/39 participated in the Italian invasion of British Somaliland in August 1940, and later in the defense of Eritrea. Surviving units were butchered by the few British Matildas deployed there, at the Battle of Keren in January 1941.

Carro Armato M11/39 specifications

Dimensions 4.70 x 2.20 x 2.30 m (15ft5 x 7ft2 x 7ft6.5)
Total weight, battle ready 11.2 tons
Crew 3 (commander/radio operator, driver, gunner)
Propulsion Fiat SPA 8T, V8 diesel, 105 hp
Speed 32.2 km/h (20 mph)
Operational range 200 km (125 mi)
Armament (see notes) 37 mm (1.46 in) Vickers Termi L40, 84 rounds Twin Breda 38 8 mm (0.31 in) machine guns, 2800 rounds
Armor From 6 to 30 mm (0.24-1.18 in)
Total production 100

Gallery

M11/39 Tobruk, Libya. Members of the AIF ready to move against the Italians in Carro Armato M13/40 (far left) and M11/39 (middle and foreground) medium tanks captured at Bardia and taken over by the Australian forces. They were manned by members of the 6th Australian cavalry regiment during operations. Note the kangaroo symbol prominently displayed on their sides. (photographer Frank Hurley AWM photo number 005042)

Links about the M11/39

The Fiat Ansaldo M11/39 on Wikipedia

Regio Esercito, ww2 italian tanks poster